Qui est Li Kunwu ? par Geneviève Clastres – Association Est-Ouest 371— Interprète et co-représentante de Li Kunwu

Fils d’un haut cadre du parti, Li Kunwu est né en 1955 dans la ville de Kunming (province du Yunnan), au sud-ouest de la Chine. A l’école, il montre très vite des aptitudes pour le dessin et s’impose auprès de ses petits camarades pour sa facilité à représenter le monde qui l’entoure. Toutefois, la fin des années 1950 est une période mouvementée en Chine et très vite, l’histoire rattrape le jeune Li. Pris dans la tourmente du Grand Bond en Avant puis de la Révolution Culturelle, il va découvrir combien ses talents de dessinateurs peuvent aussi être un outil pour tracer sa route et parfois, sauver sa peau.

Soldat dessinateur de Mao, le voici dédié aux affiches du parti et maitre du dessin de propagande. Dans le cahot de la Chine des années 1960 puis de la décennie 1970, il se forgera ainsi, en autodidacte, un destin à part, alors que sa famille est dispersée, son père interné, et lui-même envoyé aux confins de sa province, dans les vallées profondes jouxtant le Vietnam voisin.

Devenu jeune adulte, à l’aube des années 1980, il retrouve Kunming et devient dessinateur de presse au quotidien du Yunnan où il œuvrera pendant plus de trente ans, parcourant inlassablement les routes pour croquer les petites gens et les nombreuses ethnies qui font toute la richesse et la diversité du Yunnan. Il collabore alors à de nombreux ouvrages, et devient célèbre en croquant les « Dix-huit bizarreries du Yunnan », dix-huit particularismes connus de tous les Chinois qui soulignent les spécificités de cette province qui s’est toujours trouvée loin du pouvoir chinois. Parmi ces dernières, ce fameux chemin de fer qui allait désenclaver la Chine par le Vietnam, alors qu’il n’existait pas encore de ligne intérieure vers Pékin…

Au cours des années 2000, le destin de Li prend un tournant international grâce à sa rencontre avec Yves Schlirf, éditeur de Kana (Dargaud), et Philippe Ôtier, auteur, qui vont le convaincre de dessiner sa vie en bande-dessinée. « Une vie chinoise », co-écrite par Li et Philippe Ôtier connaitra un vif succès et sera traduit en 15 langues, sanctionnée de nombreux prix.

Li découvre alors les festivals et rencontres à l’étranger, démarre un nouveau parcours d’auteurs-dessinateur de bande dessinée.

Huit opus sont publiés en France à ce jour :
Une vie chinoise (Le temps du père, 2009 – Le temps du Parti, 2009 – Le temps de l’Argent, 2011) | Les pieds bandés, 2013 | La voie ferrée au-dessus des nuages, Editions Kana, 2013 | Empreintes, 2014 | Cicatrices, Editions Kana, 2014

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Expo Li Kunwu & Douglas Gorsline, regards croisés sur la Chine
Conférence au Muséoparc autour des regards croisés
Li Kunwu, la sève non la ligne