La route du thé et des chevaux 茶马古道 ou plutôt "Carte des 10000 lieues de la route du thé et des chevaux"

Cette peinture qui s’étire sur plus de vingt mètres est une reproduction d’un immense rouleau que Li Kunwu a peint sur plusieurs années.





Elle représente l’ancienne route du thé et des chevaux, sentier muletier qui traversait alors la province du Yunnan pour relier la Birmanie au Tibet central. 



Elle permettait aux caravanes de chevaux de transporter sur près de 3 000 km des briques ou galettes de thé pour les troquer au Tibet contre des yacks, chevaux, bœufs, fourrures, vêtements de laine, musc et matières médicinales. Ces échanges auraient commencé dès les dynasties Tang (618-917) et Song (960-1279), lorsque les Tibétains découvrirent le thé du Yunnan et ses vertus, notamment le fameux Pu Er, encore très populaire aujourd’hui.



Après l’arrivée des Mandchous au pouvoir (1644), le monopole sur le thé fut levé, l’achat de chevaux de guerre diminua et le commerce privé pris le relais, celui du thé, mais aussi du sel, qui permettait de conserver les aliments.



Cette voie est aussi appelée « route de la soie du sud-ouest », 西南丝绸之, une dénomination peu satisfaisante puisque la soie n’y était pas échangée mais qui fait clairement référence à la route de la soie qui sévissait alors au nord de la Chine.

Geneviève Clastres

Vous pouvez donc venir découvrir ces "10 000 lieues" au sous sol du musée où ce rouleau occupe toute la périphérie de la salle.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Li Kunwu & Douglas Gorsline, regards croisés sur la Chine - 3 juin au 05 novembre
Li, le geste de l’artiste
Li Kunwu, la sève non la ligne
En savoir plus à propos de Li Kunwu !
Douglas Gorsline, 8 semaines chinoises